Diffuseur d'huiles essentielles

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search

Un diffuseur d'huiles essentielles est un appareil létal, utilisé en Suisse dans les suicides assistés.

Histoire

La première utilisation connue d'un diffuseur d'huiles essentielles pour le suicide assisté remonte à Socrate. Un mélange savant de lavande aspic et de menthe poivrée devait donner la mort au grand philosophe. Selon certains historiens controversés, cette mort serait toutefois accidentelle, et Socrate cherchait juste à se défoncer avec ce qu'on trouvait à l'époque.

Par la suite, Napoléon, dépressif, utilisa un diffuseur d'huiles essentielles pour développer son cancer de l'estomac et mettre fin à ses jours. Cette manière particulièrement lente et douloureuse de se suicider, rappelle les tendances sado-masochistes de l'Empereur des français.


Les nazis utilisèrent d'une manière industrielle le principe du diffuseur d'huiles essentielles dans les camps de concentration. Selon certains rescapés, l'odeur de patchouli émanant des charniers était insoutenable.

Hitler, dans son bunker, mélangea du romarin avec de l'orange amère pour préparer son suicide. Mais, à cause du stress, il brisa le truc en verre et du coup ça pouvait plus marcher.

Einstein tenta d'inventer un diffuseur d'huiles essentielles qui respecterait les lois de la Relativité.


Usages contemporains

Outre son utilité dans le suicide, le diffuseur d'huiles essentielles a prouvé son efficacité dans le meurtre d'animaux domestiques. Cette usage détourné fit scandale au sein de la SPA De Nanterre. En effet, pris de compassion, certains employés mettaient à mort les vieux chiens dont personne ne voulaient avec quelques gouttes d'arbre à thé. Cette pratique s'arrêta quand un employé qui tentait de soigner une mycose du gland avec la même huile, reconnut l'odeur sur les cadavres.


Certains gourous prétendent que la diffusion d'huiles essentielles pourrait avoir des effets thérapeutiques, voir engendrerait une illumination spirituelle. Mais il s'agit simplement d'un moyen pour les sectes, de faire pratiquer à leurs membres un suicide de masse à distance et en respectant les gestes barrières.