Fondue suisse

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search

Fondue au fromage

La fondue au fromage est un plat froid, originaire du Zimbabwe de l’intérieur, composée d’un fromage particulier: le Masvingo[1]. La fondue au fromage a ensuite été modifiée pour correspondre aux habitudes de chaque pays. Créé en 1845 par un africain, et ensuite importée par un homme supérieur suisse, la fondue au fromage est devenue l’actuel plat national de Suisse comme la raclette.
Elle est également connue depuis les années 1950 en Savoie et en Franche-Comté, avec du bonfort ou de la vache "ki ri", dans le Val d’Aoste et dans le Piémont.

Inventeur de la fondue.jpg

Histoire

Les premières traces de la fondue au fromage remontent au 5 aout 1845, deux mois jours pour jours après que Edgar Poe publie son fameux livre La perruche[2], un habitant du Zimbabwe s’est alors dit « ce serait cool si on pouvait manger du fromage froid, parce que chez nous il fait tout le temps chaud ». C’est ainsi qu’il mit en œuvre toutes ses connaissances pour créer les prémices de ce que l’on connait actuellement: la fondue.

Les débuts de la fondue au fromage ne sont cependant pas aisés pour ce jeune habitant du Zimbabwe, il se retrouve rapidement dépassé par la grandeur de la tâche et ne la finis jamais. En Suisse, avant le XVIIIᵉ siècle, le fromage n’était consommé que dans toutes les régions, la Suisse étant réputée pour ses habitants mangeur de "lait solide". Dans les régions de plaines, la culture céréalière prédominait cependant et seuls les riches citadins et quelques paysans aisés consommaient du "lait solide" à pâte dure. À l'apparition des fromageries villageoises, les agriculteurs ont commencé à y livrer tout leur lait. Ainsi, à partir de la seconde moitié du XVIIIᵉ siècle, le fromage se popularisa dans tous les milieux. La fondue et la raclette se sont popularisées depuis les années 1950.

La fondue au fromage, décrite pour la première fois en 1900, dans un manuscrit zurichois édité par Albert Hauser et intitulé "Nous on aime le lait solide et la bonne binouze", ressemble à la recette d'aujourd’hui. La recette ainsi améliorée par les alcooliques zurichois fis beaucoup parlé d'elle et entraina un élan journalistique d'une rare grandeur à cette époque. La fondue était née !