Illittérature:Conte de fée

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search

Il était une Foix deux femmes. Deux rivales de toujours : La Valentine et Margaux.

Face à Billy, La Valentine et Margaux eauze user de leurs Charmes. Elles convoitent La Souterraine Couronne, Les Sabres et le Gan de Velours. Tout cela lui appartient, excepté le Gan, possédé par un quidam, un simple barman.

Elles allèrent à Baraqueville trouver des mecs baraques, pour les aider dans leur quête.

Le Passage vers le Cognac. Ecouter Loris. Autant d'épreuves à surmonter... facilement.

En effet : lors de la première, elles récupérèrent au bout du passage et après avoir dégusté un délicieux verre de Cognac, la fameuse, la scintillante, l'étincelante... La Souterraine Couronne.

Puis, lors de la deuxième épreuve, notablement plus difficile, elles durent... écouter Loris. Le footballeur du village franc. Or, comme chacun le sait, Loris était un gaulois réfractaire, au port de tête Altier. Comme on pouvait s'y attendre, la rencontre fut Aigre. Le choc des caractères provoqua un duel. Loris sorti ses sabres. Il effectua... une danse des sabres, la Mazurka du pays de son arrière-arrière-avant-droit-grand-mère d'origine hongro-polo-russe. La Valentine et Margaux récupérèrent chacune un des deux sabres de la sérénissime danse de Loris. Elles l'écoutèrent aussi parler. Des élucubrations autour d'un ballon rond, rien de plus. Il évoqua Le Pen alty. Les femmes réussirent à ne pas s'endormir dans les sables et méandres bourbeux de ce débat marécageux, ce qui est resté dans les annales comme un exploit retransmis de générations en générations. Elles remportèrent donc Les Sabres haut-la-main.

Suite à ces aventures, elles se rendirent à Puttelanges aux lacs. La réputation de ce village n'était plus à faire : en effet, ce lieu portait en mention la devise suivante. Chatte Grasse Luisant de Plaisir contre Lomme est un Beaurepaire.

Elles allèrent donc jouer Les Lèches auprès d'un barman. Une Perrier sirotée après... et les voilà avec le Barman en moment de payer l'addition. L'aînée usa de ses Charmes : elle pressa son Saint Fort sur le né. Ne pouvant payer ni en nature, ni en liquide, mais charmé par ce spectacle, le Barman leur fit une offre ; de celles que l'on ne peut refuser. Quiconque lui ramènera La Teste de Buch sur un plateau gagnera son Gan de Velours. Ce fait éclatant devra faire parler de lui dans le journal du Ardes.

Elles se demandèrent si elles iraient en quête de ladite Teste. Intérieurement pointa cette question subsistantielle : "C'est oui ou bien Cenon ?"

Suite au prochain article...


Ce conte est trop long à vôtre goût ? Tant mieux ! Ça vous fait de la Lectoure.

Cet article est garanti à 98 % rédigé à base de noms de villes et villages recyclés. Parsemé de quelques hameaux et lieux-dits truculents.

La Force soit avec vous. La Force, et la précision ! ... comme dans la série Arreau.