Monsieur le Chevalier de la Jouave

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search

Troisième Chevalier de l’OCCC, il est le plus voyageur, aventurier et guerrier de l’Ordre des Chevaliers. D’une nature entreprenante, il ne se contente pas d’être meneur par la seule affirmation de sa volonté, mais d’abord et avant tout par le souci majeur d’en être légitime. Et pour tout ce qui le dépasse, il en fait une source d’inspiration autant que d’apprentissage.

Porté dans la maitrise du son, il n’en demeure pas moins un redoutable musicien. Ses voyages lui ayant permis de connaitre un large panel des pratiques, il est possible de le voir à l’œuvre dans des duels classiques du milieu contemporain, tout comme dans des bastons de tavernes des banquets populaires manouches. De la rue sauvage dans les temps où les improvisations sans fin étaient possibles, jusqu’aux châteaux du patrimoine culturel de la musique occidentale, Le Chevalier de la Jouave perfectionna son escrime des notes comme un art. L’excellence, il en connait le prix, ce qui fait probablement la plus grande part d’ombre du Chevalier au violon.

De par tout cela, il n’en demeure pas moins le principal héraut de la quête de l’Exaltante Existence. Si dans l’éclat de ses performances on peut y voir l’expression sublime d’une singulière rage de vivre couplée d’une fervente confiance en soi, on peut aussi y voir le reflet difforme d’un farouche dégoût de perdre, quand ce n’est pas le spectre de la mort qui lui murmure de spasmodiques angoisses. Nul ne sait précisément quels démons assaillent régulièrement le Chevalier de la Jouave, mais on peut être certains qu’ils sont à la hauteur des aspirations panachées de grandeurs qu’il se choisit pour se définir. Certains prétendent qu’ils naquirent dans l’intransigeance implacable que le Chevalier s’inflige en permanence pour rester à la hauteur qu’il se désire à lui-même. Préférant largement la souffrance à l’ennui, on peut compter sur lui pour nous rappeler l’importance de l’Exaltante Existence, car il ne perçoit que trop violemment les affres de léthargie apathique sévissant sur la voie de la Divine Simplicité, quête pour laquelle il voue une profonde méfiance.

Par le Chevalier de la Bouge