Goulwen-Elouan Le Pennec

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search
Goulwen-Elouan Le Pennec
Goulwen-Elouan Le Pennec.jpeg
Goulwen-Elouan Le Pennec en tenue traditionnelle de galettier
Informations générales
Nom Goulwen-Elouan-Marie-José-Emmanuel-Gwennaël Le Hyanneck-Le Pennec
Naissance 14 septembre 1883
Angoulême
Mort Pas pour l'instant
Nul part
Nationalité Breton
Prix Prix Goncourt 1966
Résidence Saint-Malo
Travaux1.jpg

Goulwen-Elouan-Marie-José-Emmanuel-Gwennaël Le Hyanneck-Le Pennec, né le 14 septembre 1883 et pas encore mort, est un écrivain, galettier et homme politique breton. Il est le Grand-Druide du Front de Libération de la Bretagne Armoricaine depuis le 24 mars 1970, et est par ailleurs titulaire d'un doctorat en sciences cidrologiques de l'Université de Nantes.

Biographie

Jeunesse

Goulven-Elouan Le Pennec est né le 14 septembre 1883, à Angoulême. Son père, Ambroise-Guy, est artiste-peintre et sa mère, Marie-Vachette, bouliste de renom. Bien que ses deux parents soient bretons, Goulwen-Elouan voit le jour pendant l'un des voyages du couple, dans la banlieue d'Angoulême. Ainsi, celui qui deviendra l'une des figures de proue des mouvements indépendantistes bretons n'est en réalité pas né en Bretagne.

À seulement 6 ans, il arrive déjà à dire "papa" et "maman". Vers 8 ans, il sait presque faire une phrase tout seul. À 11 ans, ce sont les insultes qui rejoignent son vocabulaire.

Lorsqu'il a 15 ans, en 1898, il s'engage au Parti communiste.

Études

Goulven-Elouan fréquente d'abord le collège Jeanne-d'Arc de Rennes avant de rejoindre le lycée Michel Drucker, à Nantes. Il obtient son baccalauréat à seulement 34 ans, avec la mention "TG".

Fort de ses capacités académiques remarquables, et ne voulant pas quitter Nantes, Goulven-Elouan décide de s'inscrire à l'université, en licence de cidrologie. Là, il fait la connaissance, entre autres, de personnalités atypiques qui deviendront par la suite illustres comme lui, tels que Jacques Cheminade ou Francis Lalanne.

En 1924, il défend avec brio sa thèse en sciences cidrologiques, ayant pour titre : Le cidre, avenir de l'Humanité ? Étude prospective de la faisabilité de la culture du cidre dans la cordillère des Andes : résultats de l'analyse quantitative.