Utilisateur:Monsieur Brouillon/Base secrète: Zone 51

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search
Le bonhomme mal dessiné vous encourage à réécrire cet article :
«Vous avez du vous sentir bien seul pour écrire ça
Pas amusé.svg


« 51 ? Ça me dit quelque chose... Ça a un rapport avec de l'eau et des glaçons, non ? »
~ Sacha Guitry à propos de la Zone 51
« Il est une grenouille, tout au fond de la marre, qui me suce les couilles pour avoir du Ricard. »
~ Raoul le dégueulasse à propos de la Zone 51
« Vous allez arrêter les jeux de mots pourris, oui ? »
~ Général McGregor, directeur de la zone 51 à propos de sa base

Concept de la base secrète

Concept

La zone 51 est une base secrète. Ceci n’a de secrets de pour personne. Il suffit de voir le nombre de gens qui en parlent sur Youtube. On se rappellera ici du célèbre concept mis en valeur par Platon, Aristote, le professeur Shadocko, quelques savants fous divers et variés d’origine Allemande ou Russe et bien sûr l’inestimable et incontournable Lao-tseu, qui, du haut de son sublime savoir, décréta, après une longue étude en compagnie des érudits susdits :

Le degré de secretitude d’un objet existant ou non se détermine au nombre de cons essayant d’expliquer qu’ils sont les seuls à avoir découvert la vérité sur le sujet, et ce grâce au témoignage authentique de Bébert ou de Jacky, fermiers / clochards / fonctionnaires de leur état (ou tout autre profession permettant de glander toute la journée à regarder les passants, et donc d’être témoin de choses secrètes).

Après quoi Lao-tseu et son éminente équipe allèrent se mettre une murge, une phrase comme ça, ça donne soif quand même.

Bref tout ce blabla pour en arriver à la conclusion que la zone 51 est secrète, et à en voir le nombre de cons en parlant, on peut même la catégoriser de super-secrète, au même titre que la Franc-maçonnerie, les origines du truc en plastique dont on ne se souvient jamais du nom qui sert à sortir les cornichons du bocal sans y mettre les doigts et la recette de la confiture aux framboises de pépé Robert.

Bien sûr elle est équipée de tous les attributs modernes d’une bonne base secrète, Miradors, Barbelés, Patators, diffuseurs de morts aux rats et soldats plus ou moins mutants. Quelques mauvaises langues prétendent qu’il y aurait mêmes quelques orcs et trolls oubliés dans un souterrains, mais ceci reste une théorie contestée.

Géo-localisation

Elle se situe dans un des nombreux trous du cul du monde, à savoir le Nevada. Cette région étant peuplée exclusivement de sable, de cailloux, de lézards et de cons découvreurs de secrets, elle était la plus appropriée possible pour la nidification d’une base secrète de qualité. Le bon trou du cul du monde est rare. Il doit répondre à des critères précis et peu fréquent. D’abord, il doit tout être situé dans une zone géographique complètement paumée. De là le détournement dont ce mot fut victime, tout looser lambda en rade au fond de l’Ardèche à se plaignant de vivre dans un trou du cul du monde. En vérité, ils ne sont que dans un coin de merde, sans un voisin à moins de 50km, mais pas dans un vrai trou du cul du monde. En effet, le vrai trou du cul du monde doit aussi, et surtout m’aventurerai-je à dire (classe l’expression, non ?), être situé dans un endroit stylé d’ambiance secrète. Le désert du Nevada, une île déserte, une chambre secrète, un temple englouti, le Vatican ça c’est classe. Une vieille baraque au fond de la Lorraine, ou un bouiboui dans le sud de la Papouasie, faut avouer que ça en jette beaucoup moins. (On remarquera que le Vatican et la chambre secrète, n’étant pas des lieux paumés, ne sont pas des trous du cul du monde, mais c’était pour l’exemple).

Donc voici une petite liste de trous du cul du monde célèbres ou non : La désert du Nevada (oui je sais, je me répète), la grande pyramide maya ou égyptienne, les dessins Nazcas, les champs à cercle dans le blé et l’île de Pâques. Les trois derniers lieux cités sont le fruit d’une nuit un peu trop alcoolisée à bord de la soucoupe n°3259-ZAT214-5 en provenance de Mars, où Zorglub, complètement jeté, a joué avec le rayon laser super marquant, le cercleur de blé Z1524-96P et le pétrificateur de géant.

D’ailleurs c’est depuis ce temps-là que les géants se sont cassés de la terre, en ayant marre de se faire pétrifier alors qu’ils étaient peinards en train de bronzer sur la plage d’une île paradisiaque quelque part dans le pacifique. Suite à cet incident, Zorglub fut émasculé et éjecté de la navette. Il paraîtrait qu’il serait tombé quelque part dans le Nevada…

Bon, j’ai fait à peu près le tour de toutes les caractéristiques élémentaires d’une base secrète de qualité. Nous pouvons donc passer aux travaux pratiques en regardant la zone 51 de plus près :

Origine

Donc Zorglub, après avoir joué, complétement bourré, avec les différentes armes high-tech de la soucoupe au numéro farfelu (oui g pas envie de chercher la ligne et de faire un copier-coller), fut émasculé et expulsé de la navette (ça tombe bien, ses bottes anti gravité puaient la mort dans la cabine commune le soir).

Il atterrit quelque part dans le Nevada. Il a d’ailleurs eu du bol, s’il était tombé chez les Chinois, il aurait été bouffé en tant que calamar avec du saké. Mais là c’était les US, on fait tout en grand. Au lieu d’être accueilli par la marmite à friture de Niagong-tsa, cuisinier émérite du pays du soleil levant, on lui fit un petit bunker secret pour commencer, gardé par trois miradors, deux soldats mutants et 200 mètres de barbelés.

Le premier con découvreur de secrets arriva deux semaines après, à cause des délais de livraison qui n’avaient pas été négociés correctement. C’était mignon, coquet, le général Mc Gregor, mutant lui-même, était ému jusqu’aux larmes. C’était en 1947.

Quand Mc Gregor rentra au pentagone, rapport oblige, on commença par fêter dignement l’évènement. Le lendemain matin, au milieu des cadavres de bouteilles, l’heureux créateur de la base décréta qu’il lui fallait un nom. Ce fut là que les romains s’empoignèrent. (J’arrête tout de suite les esprits salaces qui imaginent des choses sauvages sentant la sueur et le musc, ceci est une simple expression)

Bref après moult débats, il fut décrété que cette base aurait un nom commençant par Zone. Déjà c’était classe, ensuite ça changeait pas mal du classique « base » qu’on avait déjà beaucoup entendu, et puis ça faisait secret. Pour le chiffre, homonyme de la célèbre boisson, on en sait trop rien...Certains y voient un 69 mutant mais il faudrait être sacrement souple pour créer une position ressemblant à un 51, donc c’est une théorie assez contestée. D’autres y voient juste une application du célèbre dicton « In vino Veritas », selon laquelle le général Mac Gregor, encore allumé de la veille, ramassa une bouteille de pastis vide et lu péniblement « 51 ».

Bref le 3 juillet 1947, fut baptisée au pentagone sous le nom de Zone 51 une base perdue au milieu du Nevada, comptant deux soldats mutants, quelques barbelés et miradors et un extraterrestre soprano, contemplant , atterré, la plaie sanguinolente ou quelques heures auparavant trônaient encore ses virils attributs.

Histoire

Ce sujet, quoique passionnant, risque très vite de devenir une succession de faits et dates, donc je vais être assez bref.

La zone 51, du petit bunker de départ, fut vite reconnue comme ayant un potentiel extraordinaire en tant que base secrète. En effet, en plus des éléments de base déjà cité, le nombre de cons perceurs de secrets grimpait de manière exponentielle. Il faut dire que les membres d’équipage de la soucoupe au nom farfelu qui avaient lâché Zorglub étaient pris de remords. Certes, il puait des pieds et avait la descente facile et l’alcool mauvais mais il était aussi cuistot du bord, et les autres commençaient à avoir vraiment faim. Ils multipliaient donc les passages en rase motte pour essayer de le retrouver.

Les apparitions fréquentes de L’OVNI ne manquèrent pas de susciter l’attention de Bébert et Jacky, témoins officiels. Ils appelèrent immédiatement leurs cons perceurs de secrets habituels, pour les prévenir de l’éventuelle présence d’un secret intéressant. Et là ce fut l’affluence, la nouvelle se rependit comme une traînée de poudre, de nombreux témoins, flanqués de leurs cons, élirent domicile dans la région. Il faisait chaud, ce qui plaisait aux clochards, et les structures militaires en place offraient pas mal de poste de fonctionnaires. L’environnement était donc propice aux témoins, et les martiens, ayant les crocs, multipliaient leur passage, quitte, s’ils n’arrivaient pas à repêcher Zorglub, au moins à récupérer la clef de la porte de la réserve de bouffe.

Le pentagone, au vu des faits cité ci-dessus, se dépêcha de décorer Mc Gregor pour son initiative, d’agrandir les structures en place, et d’envoyer bon nombre de ses hôtes secrets, qui encombraient les couloirs d’Alcatraz et les locaux de la CIA. C’est ainsi que Zorglub eut très vite de nombreux compagnons, à savoir Hitler, tout frais débarqué de son bunker secret détruit à Berlin, quelques marins du triangle des Bermudes, le tout jeune Ben Laden (qui était promis à un avenir grandiose comme chacun sait) deux ou trois vieux savants fous poussiéreux, et l’ancien pape Jean-Paul Ier que le Vatican leur avait confié pendant quelques mois, poussé à bout suite à son incontinence. En plus, il commençait à perdre la boule, c’était très relou.

Donc la base menait sa petite vie secrète, tout se passait pour le mieux, les cons perçaient les secrets, les gardes les en empêchaient, et les habitants secrets jouaient aux cartes. Les potes de Zorglub avaient fini par forcer la porte du frigo, et ne repassaient que de temps en temps, histoire de lui dire bonjour, mais ça suffisait pour occuper les témoins. Bref le bonheur. Et c’est en 1969 que sa destinée changea.

En effet, les russes avaient envoyé Spoutnik et Gargarine dans l’espace, et tonton Sam était passablement jaloux. Il en toucha quelques mots à Mc Gregor, devenu vieux et rusé tel le sioux. Suite à l’incompétence notoire des scientifiques qui passaient leur temps à essayer de trouver l’erreur dans le théorème au sujet de la secretitude donné par Lao-tseu et son éminente équipe, et pressé par l’oncle Sam à qui Staline avait dit « t’es une grosse bite, t’es même pas dans l’espace », Mc Gregor décida d’improviser. Il allait faire une fausse expédition !

Et là commença la sélection de la base secrète où serait réalisé la chose. Il fallait un endroit qui ressemble à la lune, ce qui élimina les locaux de la CIA. Depuis ils sont très vexés et en veulent au FBI, d’où de nombreux films.

La base du grand nord fut dégagée, il y avait bien des cratères, mais la glace c’était plus le style de pluton, et dire qu’on était allé sur pluton, les Russes l’auraient qd même pas gobé. Il restait donc que la Zone 51 et sa population de cailloux. En plus ils avaient un extraterrestre, et pour la Lune, ça faisait toujours mieux. Donc on a agrandit encore un peu, et on tourna la fameuse scène que tout le monde connait. Normalement, après la phrase du grand pas pour l’humanité Zorglub devait accueillir Amstrong, mais il a refusé, prétextant que si ses potes voyaient ça, ce serait la fin du peu de réputation qu’il lui restait. En échange, il a bien voulu leur livrer le secret de sa recette de tentacules au jus intersidéral.

Depuis ce jour, la Zone 51 est la base N°1 sur la liste des cons perceurs de secrets. Son nombre de soldats mutants est innombrables, les miradors et barbelés recouvrent une immense partie du désert. Les êtres illustres mettent un point d’honneur à y passer, et sa réputation éclipse tout.

Population actuelle

Actuellement, la zone 51 sacrifie à sa réputation, et abrite les plus grands secrets d’Amérique et d’ailleurs. Dedans ça doit ressembler un peu à la base des Men In Black, sans le mec qui lit les journaux à l’entrée, avec un peu moins d’extraterrestre (sauf Zorglub, naturellement, offrant à tous sa charmante odeur de bottes anti-gravité, qui rappelons le, fut une des causes de son éjection de la navette).

Après pas besoin de faire la liste, il y a le coin animalier, avec le chupacabra, le Yeti (au frigo), Big foot, le gorille de Brassens et quelques grands singes, sans oublier le Kraken et le monstre du Loch-ness dans un aquarium.

Dans les habitations souterraines hyper modernes vivent les grandes célébrités, à savoir Ben Laden, Louis XVII, l’homme au masque de fer et l’incontournable homme à la quéquette tordue. On a aussi Jack l’éventreur et Lao-tseu, mais eux ils sont dans du formol, ayant quand même dépassé l’âge canonique de quelques années.

Et pour finir on a Zorglub, bien sûr, accompagné de quelques savants essayant de refaire une navette comme celle qui l’a largué. Ils ont déjà refait la cuisine, la reste il ne connait pas vraiment mais ça bosse dessus. Et à part ça il a décroché une place de chanteur dans le groupe de Justin Bieber, sa voix étant devenue cristalline et aiguë depuis son opération pré-éjection.

Il y a bien quelques autres extraterrestres, mais ils se sont pour la plupart abîmés dans les crash de navettes, donc ce sont des légumes.

Livre d’or

Allez pour finir quelques grands noms qui ont posé leur pied, patte ou queue dans la zone 51 :

« Ça sent les pieds »
~ Dark Vador à propos de la chambre de Zorglub
« Blub blub blub »
~ le Kraken à propos de son aquarium

(Le lecteur ne maîtrisant peut être pas le blub , cela veut dire : sympa la femme de chambre. DSK et le kraken s’entendent assez bien d’ailleurs)

« Ah je le savais »
~ un défunt con perceur de secret à propos de tous les habitants de la zone 51, 0.10 secondes avant que la balle explosive à fragment radioactif du soldat mutant ne le transforme en viande hachée
« Ils pouvaient pas me momifier non ? c degueu le formol »
~ Lao-tseu à propos de la qualité de son séjour
« crunch »
~ le yeti à propos du livre d’or, n’ayant pas pu résister à l’envie de le goûter


Paranor.png  Portail du Paranormal et du Fantastique