PERDI (parti politique)

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search

Le Parti Ecologique Radical Dictatorial International ou PERDI, est un parti neo-ecologico-soviétique créé en 1984 par Nicos Alliago Hulot VI, puis dirigé par Gerard Arturo Francisco Jugnot, premier Grand Maréchal du PERDI, chef suprême du parti. Le PERDI est un parti politique connu dans le monde entier de part sa radicalité écologique extrême et dictatoriale, qui se veut anti-polluo-capitaliste.

Gerard Arturo Francisco Jugnot de nos jours, Grand Maréchal du PERDI, portant un t-shirt écolo-soviétique à la " bonne franquette ".

Organisation et Institutions

Institutions

L'Armée Officielle du PERDI (AOPERDI) est sous le commandement direct du Grand Maréchal, son rôle est de protéger jusqu'à la "muerta" les adhérents du PERDI , et de combattre les ennemis directs ou indirects du parti, elle combat notamment le polluo-terrorisme, ennemi du PERDI depuis des lustres.

Le PERDI promut une langue nommée Langue Patriotique Transnationale (LPT), qu'il juge supérieure à toute les autres langues du monde entier, "la suprema lengua", comme le disent les adhérents du parti qui de pratiquent couramment la langue. Ce langage, à ne pas confondre avec une espèce de langue espagnolo-italienne nul à chier, est obligatoire au sein du parti politique.

Comme toute organisation dictatoriale qui se respecte, le PERDI arrête, destitue et exécute ses ennemis à tout bout de champ. Pour mener à bien cet objectif, le PERDI est aidé par le Tribunal Suprême du PERDI (TSPERDI), qui juge comme il se doit les dangereux criminels face à la justice.

Organisation

Charlotta Jongada, actuelle Première Secrétaire Générale prenant la pause dans son bureau vide.

Le PERDI est dirigé d'une main de fer par le Grand Maréchal, qui possède tout les pouvoirs politiques, militaires, sociaux, économiques, gastronomiques et judiciaires. Néanmoins, d'autres postes peuvent être soulignés : La Première Secrétaire Générale (PSG) se doit de s'occuper de toutes les paperasses diverses et ennuyantes, elle est responsable de l'administration. Son rôle, bien que merdique, est d'après le Grand Maréchal Jugnot : « inutile mais nécessaire ». Le Second Dictateur en Chef (SDC) est le bras droit du Grand Maréchal, commandant de l'AOPERDI, il le seconde et le conseille n'importe où et n'importe quand. D'après le Grand Maréchal Jugnot, le Second Dictateur en Chef est « un bon copain ». Le PERDI compterait à ce jour plus de six millions d'adhérents, même si d'après le Grand Maréchal Jugnot le monde entier se doit d'en faire partie : « Soyez membre du PERDI, sinon pour vous c’est fini ! ».

Dolfo Loriano Pito, Second Dictateur en Chef lors d'un défilé ayant une petite envie pressante.

Haut Gradés

Grand Maréchal Second Dictateur en Chef Première Secrétaire Générale Femme de Ménage du Quartier Général de Paris
Gerard Arturo Francisco Jugnot Dolfo Loriano Pito «El Grando Bengala» Charlotta Jongada Nana Valentina

Musiques et chansons

Hymne Officiel du PERDI

« PERDI, oh oui PERDI, sans toi tout est fini. Oooh PERDI, tu es magnifique ! Je t’aime tellement, que je pourrais parler allemand ! Oh oui PERDI, MERCI ! Soyez membre du PERDI, sinon pour vous c’est fini. Que tu sois dictatorial ou amical, oh oui le PERDI, MERCI. Ecolo ecolo, bingo ! Ecolo ecolo, Jugnot ! Vive le PERDI, vive la vie, vive le pays, et vive Monsieur le Grand Maréchal ! » Interprété par improvisation par le Grand Maréchal Jugnot lors de son arrivée au pouvoir

Histoire

Un début haut en couleur !

Dès lors la création du PERDI en 1984 par Nicos Alliago Hulot VI, dit " Nico le Rigolo " ou "Nico este pequito hijo de puta" en LPT, ce dernier est destitué de son poste de fondateur par ordre direct du récent jeune Grand Maréchal Jugnot à cette époque. Nicos Alliago Hulot VI sera par la suite arrêté par l'AOPERDI, créée par le Grand Maréchal Jugnot dans le but de « stopper la vermine polluo-terroriste », puis sera jugé par le TSPERDI, créé par le Grand Maréchal Jugnot pour « juger la vermine polluo-terroriste ».

« Bon débarras, ah ah ah ! » Grand Maréchal Jugnot

Le Grand Maréchal Jugnot en 1984, faisant signe à la "populace" depuis sa voiture privée, à son arrivée au pouvoir.

Le Parti Ecologique Radical Démocratique International (nom du PERDI à sa fondation) est alors modifié pour être désormais le Parti Ecologique Radical Dictatorial International (sous l'impulsion du Grand Maréchal Jugnot).

C'est à partir de ce moment là que le PERDI devient de plus en plus célèbre à travers le monde entier, mais aussi de plus en plus autoritaire sous le règne du Grand Maréchal Jugnot à son bon vouloir. Le PERDI s'assume alors ouvertement comme un parti dictatorial et totalitaire, les adhérents du PERDI appellent cette radicalité " la grande idée " ou "la dictaturia ultima" en LPT. D'ailleurs c'est à partir de ce moment là que la Langue Patriotique Transnationale est créée, par la Première Secrétaire Générale Jongada qui selon elle permet « d'unir le PERDI sous une seule "lengua" ! ».

Une évolution fulgurante !

C'est en 1991 que le PERDI fait face pour la première fois à l'idéologie pollutioniste, qui devient rapidement l'ennemi numéro un du parti.

« A mort les polluo-connards ! » propos de Dolfo Loriano Pito, Second Dictateur en Chef

Le Grand Maréchal Jugnot (l'homme aux lunettes jaune) accompagné de soldats de l'AOPERDI en 1992, lors d'une opération militaire "sympatoche" envers les polluo-terroristes.

Maintenant totalement autoritaire et doté de son armée, le PERDI n'hésite plus à s'émanciper avec agressivité. Son désaccord envers le pollutionisme devient concret, le PERDI fait usage de la force avec l'AOPERDI pour selon le Grand Maréchal Jugnot « sympathiser en toute bonté ! ». Les adhérents du PERDI son assez pacifiques vis à vis de l'opposant pollutioniste, qu'ils qualifient " d'ennemis bon enfant qu'ils apprécient en tout honnêteté ", "Puta madre de connardos polluo" en LPT. De l'autre côté, des organisations polluo-terroristes, mauvais joueurs, complotent à l'encontre du PERDI, et l'attaquent dès qu'ils en ont l'occasion.

Par la suite le PERDI s'étend dans le monde entier, avec des propagandes prônant le parti et ses idées.

Nana Valentina de nos jours, sortant de l'arrière du Quartier Général du PERDI à Paris. "Cashez vous d'ichi !" a-t-elle criée en nous voyant.
L'une des propagandes du PERDI.