Utilisateur:Monsieur Brouillon/Le Yaoi

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search
Travaux1.jpg


Le yaoi est un genre de manga ou d'anime mettant en scène des relations homosexuelles/pédophiles/incestueuses entre hommes (voir les trois à la fois!). Ce genre peu-connu en Occident fait des ravages au Japon (lire:émeute de fangirl), surtout quand un des personnages concerné meurt, largue son copains ou PIRE: Se révèle être Hétéro. À la différence des manga habituels, on y trouve très peu de tentacules.

Origines du mouvement

Il parait impossible de trouver le premier titre yaoi paru. Toute fois, il semblerais que le premier titre se concentrais sur une relation purement affective sans sexe! La dépravation du genre est donc récente...

La fangirl

La fangirl, aussi appelée yaoiste, perverse et machine à bave, vit dans des sous-sol froids et obscurs, ayant souvent pour seul lumière l'écran de son ordi. Elle passe son temps à lire du yaoi, en télécharger illégalement, à visionner des animes yaoi elle voue un culte à sensitiv pornograph, écrit des fanfics et fait des fanarts. Elles portent TOUTES des lunettes et se nourissent de choses sucrées à emporter devant son ordinateur. La fangirl est le seul public à lire du yaoi, mis à part quelques fanboys.


Note du lecteur : Après lecture de ce document, en tant que deux fangirls yaoistes certifiées, nous déclarons valide cette définition (bien que toutes ne portent pas des lunettes...)

~ Sensitive Pornograph : Amen m(--)m ~

Signé : M&M's, nous convertirons le monde !!

Les sous genres

-Le shonen-ai: Sorte de Yaoi plus soft, il ne contient aucune relation sexuelle explicite (le genre est tombé dans l'oubli désormais, car maintenant on s'en fout des histoires sans sexe! ).

-Le shota: Excuse pour faire de la pédophilie légale, les relations sexuelles n'étant pas interdites chez les mineurs fictifs au Japon.


Les archétypes

En matière de personnage:

-Le "seme" :

C'est le plus grand, il est beau, sexy, a un corps musclé, il est froid et distant, ne montre jamais ses sentiments, il est également pervers et peut être violent. C'est surtout celui qui se retrouve "au dessus" une fois dans le lit.

-Le "uke" :

C'est le plus petit, il est mignon, fragile, il parle tout le temps, même quand on ne lui demande rien, il est extrêmement gentil, naïf et stupide, il agit souvent comme un gamin. Parallèlement au seme, l'uke se trouve "en dessous" une fois dans le lit et il aime ça, même s'il ne vous l'avouera jamais.

En matière de réplique:

« Je préfèrerais mourir que vivre sans toi »
~ Un seme à propos de l'amour envers son uke
« Nooooon, je ne suis pas gay!! »
~ Un uke à propos sa sexualité
« Non, je ... je ne veut pas que tu me fasses ça! »
~ Un uke à propos des intentions imminentes de son seme
« YameteeeeeeeeeeEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!!  »
~ Même contexte quoique la citation s'applique aussi aux étudiantes japonaises en présence d'une quelconque créature dotée de tentacules.

La fanfiction

Moyen utilisé par les fangirls/fanboys d'assouvir leurs fantasmes sexuels sans avoir nécessairement besoin de savoir dessiner/écrire/parler/marcher . Ne s'appliquant pas uniquement aux mangas, la fanfiction envahit peu à peu tout les domaines de la vie courante, transformant l'Ordre des Jedis en club échangiste et dévoilant les pires secrets des groupes de musique Tokio Hotel, Fall Out Boy, Panic At The Disco, 30 Seconds to Mars et My Chemical Romance.

Les fanfictions se séparent en trois groupes

-Les tribulations dépravées d'un couple homosexuel donné contenant au moins vingt chapitres, trente personnages homosexuels, 50 fangirls/fanboys et une demi-douzaine de lemons (passage décrivant un acte sexuel).

-Les Mary-Sue écrits par des préadolescentes de douze ans où un garçon particulièrement beau, gentil, intelligent, sensible (homo, en gros) tombe amoureux d'une fille à la perfection tellement éclatante qu'elle file une migraine monstre à quiquonque lisant le texte trop longtemps, représentation de l'auteur.

-Les PWP (Porn Without Plot, ou Plot What Plot? : porno sans intrigue ou intrigue? quelle intrigue?) d'un seul chapitre servant uniquement à mettre deux personnages dans une relation sexuelle impliquant des positions physiquement impossibles et/ou un viol et/ou l'utilisation d'objets plus ou moins recommendés par les sexologues les plus ouverts d'esprits.

Le grand projet derrière les fanfictions est d'en fait rendre tout les personnages fictifs ou publics gays. Mais c'est un secret.

Les doujinshis

Forme évoluée de la fanfiction, où la fangirl/fanboy doit effectivement savoir dessiner/écrire/préparer des crêpes. Les sextoys illégaux et le viol sont permis, mais les positions physiquement impossibles restent irréalisables. Pour compenser, la quantité de fluides corporels est doublée, ainsi que les onomatopés servant à décrire les sons de l'amour.

Presque comme pour les fanfictions, il existe quatre types de doujinshi:

-Les doujinshis pornographiques mal dessinés où la fangirl/fanboy prends un malin plaisir à détruire le character-design de l'auteur original

-Les doujinshis pornographiques mal dessinés où l'on remarque une quantité absurde de phrases pseudos poétiques pensées par les personnages durant l'acte.

-Les doujinshis pornographiques mal dessinés tellement longs et répétitifs qu'on se demande si on ne relit pas toujours la même histoire à chaque fois, les deux personnages ayant seulement changé de coupe de cheveux.

-Les doujinshis pornographiques bien dessinés, les plus dangereux: conservant le design voire même l'apparence de la personnalité d'un personnage, s'applique à le pervertir de manière *réaliste*. Et une fois que vous l'avez vu faire et dire des choses pareilles, jamais, JAMAIS vous ne pourrez regarder l'œuvre originale sans arrière-pensée. Vous êtes foutu. Voire gay.

Les oeuvres officiellement yaoi

Parmis les mangas officiellement Yaoi, on retrouve:

-Gravitation: L'histoire d'un transgenre qui porte du cuir rose et de son copain le frustré accro à la nicotine. -Haru wo Dateitai: Du sexe sans aucune histoire. -Papa No Kiss in the Dark: Un truc de pédophilie entre un gentil oncle et son fils-neveu. -Princess Princess: Les aventures de trois transgenres perpétuellements agressés sexuellement par les élèves de leur école uniquement pour garçons

On peut considérer Village People et Tokio Hotel comme deux groupes officielement certifiés Yaoi, avec Elton John et My Chemical Romance.

Les oeuvres officiellement non-yaoi-mais-que-l'on-a-détourné-pour-en-faire-du-yaoi

-Harry Potter (Harry et Drago ne sont pas si ennemis que ça pour les yaoistes)

-Naruto (Les ninjas ont des techniques secrètes du kama-sutra en réserve!)

-Fullmetal alchemist (transmuter n'importe quoi en n'importe quoi, ça permet de faire un max de sex-toy)

-Bleach (Sans parler d'Urahara qui se dévouerait volontiers de son plein gré pour tourner un anime yaoi, on a l'éternité devant soi quand on est un dieu de la mort, et qui sait quelles utilisations inédites on peut faire d'un trou de hollow... )

-Pokémon, Saint Seiya, Yu-Gi-Oh, tout manga comportant au moins deux personnages masculins peuvent être déviés au yaoi, il y aura toujours une fangirl/fanboy pour imaginer un scénario tordu entre les deux beaux mâles de l'histoire originale (après ils peuvent moins beau, voir carrément laids, mais ça, il ne faut pas le dire à la fangirl/fanboy, ça pourrait l'énerver et elle pourrait vous jeter à la tête sa collection de Sasunaru et ça ferait mal, vu les tonnes de fanarts yaoistes sur ce couple sorti tout droit de l'univers de Naruto).

Le slash : cousin du yaoi

Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.