Forum:VBO/Illittérature:Docteur Clostille

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search
Grade : BO

Le nominé | Retaper dessus

  • Nomination PdLC.jpg Pruster de Las Cales avril 29, 2016 à 17:34 (UTC)
    BO par 49.3. Kagg.pngTéléphone.jpg mai 22, 2016 à 15:37 (UTC)

Votes Best Of

Pour

  1. « Mon impotent préféré ! Tiens, paf, béquille dans la cuisse. » Ha ha ha ! Impayable ce Talpack !!! Dès qu'il aura appris à mettre ses articles en nouveauté sur le portail concerné, ce sera un auteur légendaire de la . Bon, je m'y colle, encore. ASTIEBATARNOUCHDSIMONACDTABOUAIRE ! Malaaade.png Je suis malaaaaaaaade, complètement malaaaaaaaade ! avril 29, 2016 à 17:34
    Ha ha ! « Qui ne saute pas n'est pas content ! », génial (oui, je lis en même temps). MF.png Je suis un pauvre Chinois et je n'aime pas mon gouvernement corrompu avril 29, 2016 à 18:01
    Looooool : « Bonjour, alors on s'endort ? Attendez, je vais vous aider à rester éveillée. » PdLC.jpgPdLC.jpg Pruster II : La Réponse avril 29, 2016 à 18:13
  2. Délicieux. Il faudrait être le dernier des ariégeois dégénérés par des années de relations consanguines pour ne pas apprécier ce chef-d'oeuvre. On reconnais dès la première ligne le style si reconnaissable de l'auteur, et on sait déjà qu'on veut le voir au Best-Of. C'est toujours à la fois fin et violent, subtil et repoussant, avec toujours une touche d'absurde et inattendu. Honnêtement, mon auteur préféré :p A quant l'écriture d'un livre ? --La fontaine d'Amour !Arc en ciel.jpg avril 30, 2016 à 09:52 (UTC)
  3. J'ai été conquis à la troisième phrase ! Super Jour des Contraires Aef.png avril 30, 2016 à 20:58
  4. Talpack finira prix Nobel de littérature, un jour. Kagg.pngTéléphone.jpg mai 22, 2016 à 15:38 (UTC)

Contre

Blanc + commentaires

Critiques constructives

Chapô

— Alors, on est en train de mourir ?

Dr. Clostille éclata de rire devant le patient en phase terminale de cancer. Il aimait beaucoup son métier. Ses 25 ans de carrière ne l'avaient jamais lassé des maladies et difformités plus drôles les unes que les autres. S'il était vrai que beaucoup le détestaient, il ne s'en formalisait pas : un docteur n'a que faire des jugements, il ne cherche qu'à accomplir sa destinée de sauveur. La sienne prenait souvent la forme d'une tape sur l'épaule accompagnée des mots suivants : « Allons, ne vous vexez pas, il vaut mieux en rire qu'en pleurer, votre vie est suffisamment misérable ainsi, d'autant plus que je venais vous annoncer la diminution de sa durée de moitié. Ahaha, vous savez, j'en suis tout aussi attristé : la vue hilarante de vos membres amputés va me manquer. » Bref, ce docteur affectueux et bon vivant avait tout pour lui, l'humour en plus.


Notre histoire avait débuté un jour de printemps, un de ces jours où le soleil point, victorieux et revanchard après un hiver maussade, un de ces jours où les pollens et les hormones affluent, poussant les animaux à se déclarer leur amour et le consommer aussitôt, un de ces jours où l'on pourrait tout accomplir, emporté par la chaleur et les couleurs. Dr. Clostille s'était senti plus d'attaque que jamais et avait pénétré avec entrain dans l'enceinte de l'hôpital où il travaillait. C'est ici qu'il avait prononcé l'allocution amorçant ce récit, et il ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.