Utilisateur:Monsieur Brouillon/Free porn videos

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search
Édition princeps

Free porn videos (Parfois cité sous son nom complet Free hard sex porn videos) est un roman publié anonymement par Marie Madeleine de La Fayette en 1678. Il s’agit d’un roman historique qui prend comme toile de fond la vie à la cour des Valois, dans les dernières années d'Henri II. Cette œuvre classique est considérée comme un des premiers romans d’analyse.

Tournant dans l’histoire du roman à la période classique, il marque l’affirmation en littérature de la place des femmes dans la vie culturelle du XVIIe siècle. Avec Free porn videos, chef-d’œuvre de la préciosité classique, Marie Madeleine de La Fayette, grande lectrice de Madeleine de Scudéry, se fait la digne représentante des idées « précieuses » véhiculées dans le salon de la marquise de Rambouillet, qu’elle fréquentait assidûment.

« Pour moi, Free porn videos est au roman ce que La Grosse chaudasse en feu de Charles Perrault est au conte pour enfant, un chef d'œuvre de la littérature française, une grâce stylistique exceptionnelle, soutenant une intrigue passionnante et complexe qui emporte le lecteur avec elle. Ce fut une source d'inspiration majeure pour mon roman Gabriella, l'hôtesse de l'air qui vous emmène au septième ciel. »
~ Honoré de Balzac à propos de ses influences


Première partie

Free porn videos (aussi paru sous le nom Vidéos pornographiques et gratuites dans l'édition Québécoise de 1680) met en scène une jeune fille de 16 ans du nom de Mlle de Chartres qui fut élevée par sa mère selon de rigoureuses règles de morales. Elle est la plus vertueuse des filles que la terre ait jamais connu et l'heure est venue pour elle de se trouver un mari respectable pour fonder une famille heureuse. Mari de préférence riche et haut-gradé quand même.

Elle est donc emmené par sa mère à la cour du roi Henri II. Une bien belle cour où tout le monde est beau, tout le monde est gentil, tout le monde est intelligent et tout le monde sait réussir un bon bœuf carpaccio à l'huile d'olive du premier coup. Ce qui est une qualité fondamentale pour Mme de Chartres qui répétait souvent à sa fille :

— Le bœuf carpaccio à l'huile d'olive, il n'y vraiment que ça de vrai !

Lorsqu'elle entra dans la salle, tous les gens de la cour se retournèrent vers elle et furent éblouis de sa beauté. Notamment le prince de Clèves qui fut le premier à l'aborder, et ne s'en cacha pas auprès de ses amis.

PREUM'S !

Le regard que jetait le prince de Clèves sur Mlle de Chartres en disait long sur ses sentiments profonds, une véritable relation commençait à naître entre les deux êtres.

— On se marie ?
— Ok.

Mais alors émergea un petit doute dans l'esprit de Mlle de Chartres, elle se rappela de sa mère lui prodiguant ses conseils avisés sur le choix du mari, lui disant que ce n'était pas quelque chose de bénin, qu'il fallait voir dans l'homme plus que son aspect physique.

— Mais vous avez du fric quand même ?
— Bah ouais.
— Ok.

Ainsi commence Free porn videos, cette histoire aurait pu bien se continuer, si jamais de malheureux évènements n'étaient pas survenu après cette idylle qui commençait si bien.

Un jour, Mme de Clèves (anciennement Mlle de Chartes) eut l'idée d'aller au Louvre.

— Maman, je vais au Louvre !
— D'accord ma chérie, mais j'espère que tu vas pas y rencontrer un homme dont tu vas tomber instantanément amoureuse et qui va causer à la fin du roman la mort de ton mari, parce que sinon je vais plus rien comprendre à cette histoire, hein.
— Maman, je t'ai déjà dit que j'aimais pas être spoilée !
— Ah, désolé.

Pendant qu'elle arpentait les couloirs du Louvre, Mme de Clèves se demanda qu'est-ce qu'elle était venue foutre là. Mais c'est comme si une voix supérieure qui commandait son destin lui ordonnait de venir là.

Madame de La Fayette en voix off : Ah, tu vas bien te faire niquer sur ce coup là !

D'un coup, alors qu'elle se trouvait au milieu de la cour du Roi, elle vit M. de Nemours dont elle tomba instantanément amoureuse. Mais elle comprit, en repensant à son mari, qu'éprouver ce sentiment était mal. C'était de la tromperie, et elle avait appris durant sa jeunesse que le mensonge et la tromperie était de mauvaises choses. Elle repensa un moment à l'éducation que lui avait donné généreusement sa mère pendant son enfance.

— Maman je t'ai menti la dernière fois, je suis mauvaise ! Punis-moi ! Punis-moi !
— Oh ! Tu vas avoir la fessée !
— OH OUI ! DONNE MOI LA FESSEE ! LA FESSEE !
— Et le fouet !
— OH OUI ! FOUETTE-MOI ! FOUETTE-MOI !

M. de Nemours lui adressa alors la parole.

— Vous me paraissez pensive, madame.
— Oui, je repense au doux temps de mon enfance.
— Ah, la nostalgie, les évènements que l'on aimerait revivre et revivre, cela m'arrive souvent également.
— Oh, vraiment ?

M de Nemours repensa alors à son enfance lorsqu'il jouait avec ses amis dans le bac à sable

— TIENS PRENDS ÇA !
— OH OUI ! FRAPPE-MOI !

Un nouvel amour naissait : ils se comprenaient. Ils restèrent quelques minutes à s'observer, leurs regards étaient pleins d'une passion folle, mais silencieuse. Lorsque tout à coup, Mme de Clèves sauta sur l'occasion et laissa déborder ses sentiments.

— Oh, Monsieur de Nemours, mon lave-vaisselle est en panne, pourriez-vous prendre le temps de venir chez moi pour examiner mes affaires ? dit-elle en se caressant la cuisse.
— Oh, je suis toujours là pour aider une jeune fille en détresse. Et si vous le souhaitez, je vous ferais un bœuf carpaccio à l'huile d'olive ensuite...
— Oh oui, j'aime ça ! Quel régal ! dit-elle en se malaxant le ventre tendrement
— Et je fais ça bien mieux que votre mari !
— OH OUI ! DU BOEUF CARPACCIO ! MMMH...
— J'aime mettre du piquant dans mes préparations, ça éveille les sens !
— OH OUI ! MMMMMHHHHHH..
— MMMMH....

Au final, M de Nemours se retrouva chez Mme de Clèves à manger du bœuf carpaccio.

— C'est vrai qu'il est bon en plus ce bœuf !
— Qu'est-ce que je vous disais.
— Et en plus, maintenant que mon lave-vaisselle est réparé, on va plus se faire chier à nettoyer ces couverts à la main. Merci M. De Nemours.
— Oh mais de rien !