Utilisateur:Ptitguillaume/Puces sous-cutanées dans les vaccins

From Désencyclopédie
Jump to navigation Jump to search
« Haha, ché fou l'afez bien dite ! »
~ Dr. Nicolaes Tulp (peu avant l'invention de la radiographie) à propos de sa découverte d'une puce sous-cutanée chez un volontaire ayant reçu une première dose de vaccin.

Les puces sous-cutanées dans les vaccins sont des technologies permettant la collecte de données personnelles chez l’ensemble des individus vaccinés. D’abord limitées à la surveillance des opposants politiques au XXe siècle, elles se sont finalement imposées au cours du siècle suivant comme un dispositif incontournable et systématique de contrôle des populations inoculées.

Que les choses soient claires : nous n’avons pas assez de recul sur les effets de la vaccination contre la Covid-19. Le développement d’un vaccin est un processus long qui prend plusieurs années, c’est un fait. Il est quand même étonnant qu’autant de vaccins se soient retrouvés sur le marché à peine un an après le début de la pandémie. Leur développement avait dû débuter avant, c'est la seule explication. De plus, si l'on considère qu’un vaccin doit être développé sur la base d’un virus existant, impossible alors de nier le fait que la Covid-19 était déjà connue de Big Pharma. Et ce n'est pas tout : ce fameux vaccin, qui a dû coûter très cher à développer, est entièrement gratuit. Un tel acte de philanthropie dans une société ultra capitaliste est tout bonnement impensable. Cette gratuité entraîne forcément une contrepartie. Les gouvernements tirent nécessairement un profit de cette vaccination.

Il n'est pas rare aujourd'hui d'entendre ce genre de propos émaner d'une personne de son entourage, auto-désignée experte en virologie et en immunologie parce que le fils est brancardier dans un CHU de province, ou parce que la fille est infirmière à la maison de retraite de La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castries. Et bien c'est à ces personnes que s'adresse cet article, car grâce aux documents compromettants provenant de nos lanceurs d'alerte, le recul tant espéré et les questions laissées sans réponses ne sont désormais plus qu'à quelques tours de molette.

De vous à moi, avouons-le-nous, ces rumeurs, bien qu’elles ne soient pas toutes avérées, cachent inévitablement certaines vérités. Il n’y a pas de fumée sans feu, après tout. L’existence même de la rumeur ne prouve-t-elle pas qu’il y a anguille sous roche ? Gageons que les éléments factuels développés dans cet article achèveront, à l'instar des vaccins, de vous mettre la puce à l’oreille.

Historique

Première utilisation des puces dans les vaccins

Franz Pfizer et son commando de puces sauteuses du « Flohzirkus », à moins qu’il ne s’agisse d’Alberto Zenecca du « Circo delle pulci » : honnêtement on s’en fout.
« -.-. --- -- -- ..- -. .. ... - . » : Puce sauteuse-savante sous-cutanée en train de transmettre incognito des informations compromettantes : on voit bien que cette partisane communiste ne se rend compte de rien.

C’est en 1956 qu’à lieu le premier rapprochement entre les service secrets de la République Démocratique Allemande et le domaine de la recherche sur les puces sauteuses-savantes (que nous appellerons plus simplement puces SS). Günter Guillaume, un espion Allemand fraîchement débarqué du centre de formation de la Stasi, est envoyé en mission à Francfort-sur-le-Main où il organise, sous couvert de son activité de bistrotier au café « Boom am Dom », des représentations clandestines de cirques de puces. Il fait alors la connaissance, déterminante pour la suite, de Franz Pfizer et de son commando de puces SS « Flohzirkus », alors en pleine tournée secrète à travers toute l’Allemagne.

Au cours des années précédentes, Franz Pfizer avait développé dans le cadre de ses recherches confidentielles une méthode d’enseignement inédite du code morse international appliquée à l’ordre des siphonaptères. Désormais capable non seulement de donner des consignes à son escadron de puces SS, mais également en mesure de recevoir de leur part des messages codés en morse, via l’observation de leurs sauts à la loupe, Franz Pfizer venait sans le savoir de révolutionner le monde de l'espionnage. Car si jusqu’ici l’espionnage se résumait pour les agents de terrain à de longs mois de filatures sans résultat certain, et avec le risque permanent que leurs couvertures soient découvertes au petit matin, l’introduction des puces SS dans l’organisme de la population ouvre d’immenses perspectives à la Stasi.

Avec la complicité du chancelier fédéral allemand Willy Brandt, Günter Guillaume va ainsi utiliser les plans de vaccination obligatoire d’après-guerre pour inoculer incognito les puces SS de Franz Pfizer par le biais du vaccin contre la Coqueluche, le célèbre « Kokoaufwiedersehen » (« Au revoir les Coco » en français). S'en suivra une traque méticuleuse et fructueuse des espions communistes qui aboutira au démantèlement de la section ouest-allemande du KGB en 1974. Le 24 avril de la même année éclate l’affaire Guillaume, où Günter Guillaume est démasqué en tant qu’espion de la RDA et où tous les secrets entourant l’utilisation des puces SS dans les vaccins sont divulgués à la presse. Le chancelier Willy Brandt démissionne quant à lui de son poste le 7 mai 1974, mettant fin, pour un temps seulement, à ce premier âge d’or de l’espionnage sans filature.

Searchtool.jpg Mais d'ailleurs, comment les puces s'y prennent-elles pour survivre dans mon système sanguin ?

  1. C'est simple, les principaux gaz sanguins sont l'oxygène, le dioxyde de carbone et l'azote. Les puces puisent donc dans le sang l’oxygène nécessaires et relâchent le dioxyde carbone, à de si faibles doses que c’est n’est pas perceptible par l’hôte.
  2. Quant à leur nourriture, les puces se nourrirent de sang de toute façon, donc pas de soucis à avoir de ce côté-là.

Searchtool.jpg Mais d'ailleurs, comment les puces s'y prennent-elles transmettre mes données personnelles à la Stasi ?

  1. C'est facile, les puces savantes-sauteuses de Franz Pfizer, qui au préalable ont appris à communiquer en morse, sont injectées par le biais des vaccins aux patients auxquels on explique qu’un des effets secondaires est de taper frénétiquement du doigt. On leur fourni donc à cet effet une mystérieuse machine, un télégraphe tout simple en fait, sensée atténuer cet effet secondaire.
  2. En réalité, les mouvements du doigt sont contrôlés par les puces savantes-sauteuses qui transmettent les données personnelles des patients au laboratoire de recherches de Pfizer pour être revendues à la Stasi.


Débuts de la vaccination à base de puces électroniques

Phase I des essais cliniques du vaccin contre la varicelle en 1974. Contrairement aux puces 1G qui seront inoculées par la suite au grand public, les premiers prototypes ne disposaient pas d'une autonomie suffisante pour le transfert de données personnelles. Elles nécessitaient donc l'implantation de cette discrète alimentation.


Arrivée de la 5G et création de la Covid-19

Mise au point dès la fin du premier trimestre 2018, l’inoculation des puces 5G à la population ne peut toutefois pas se faire immédiatement, faute d'excuse convaincante. Il est alors décidé de développer un virus assez mortel, surtout chez les populations senior plus réfractaires à la 5G, en mélangeant des virus de chauve-souris et de visons dans le mystérieux laboratoire P4 de Wuhan. La COVID-19 est née. Une erreur de manipulation est ensuite orchestrée afin d'alarmer suffisamment la population et, le 17 Novembre 2019, un cobaye infecté du laboratoire est relâché en plein cœur du marché de vente d'animaux de Wuhan. Après moins de temps qu'il n'en faut pour les mettre au point, des vaccins développés secrètement par les laboratoires pharmaceutiques depuis le second trimestre 2018 sont mis sur le marché fin 2020. L'objectif des gouvernements est alors d'atteindre l'ubiquité collective à l'été 2021 avec 60% de la population pucée.

Arrivee 5G.png


Composition de la puce 5G

Le schéma électrique de la puce 5G incorporée dans les vaccins de la Covid-19 démontre malheureusement la véracité des théories qui circulent à leur sujet.


Détecteur de métallothionéine

MT-2-fact.jpg
« Dead, muerto, LOL. »
Recruteur : Aux vues de votre niveau anormalement haut de métallothionéine, d’une, je suis désolé mais nous n’allons pas pouvoir donner suite à votre candidature pour ce poste, vous allez rester au chômage, et de deux, vous allez y rester !
Vous : Oui j’ai bien compris, pas la peine de me le dire deux fois, conn... Monsieur le recruteur.
Recruteur : Non là je voulais dire que vous allez y rester, dans le sens, dead, muerto, LOL. Votre puce 5G a détecté le cancer du testicule !
Vous : Ah... je... vous me l'apprenez.
Recruteur : Ne vous en faites pas, vous allez vous en remettre.
Vous : Vous... vous croyez ?
Recruteur : Non là ne parlais pas de votre cancer, je voulais dire que vous allez vous remettre de cette déception professionnelle. Il n'y a pas mort d'homme. MDR.



« La première règle du groupe des cancéreux du testicule : avoir un cancer du testicule. »
« Non, Monsieur Durden, vous n’avez pas de cancer du testicule. Je vais vous demander de partir. Votre taux de métallothionéine est normalement bas. »
~ Bob, du groupe de parole des cancéreux du testicule
« Ah et puis tant que j’y suis, Monsieur Durden, le bilan psychométrique que nous avons récupéré dans le dossier médical de votre puce 5G fait état d’un trouble dissociatif de l'identité et d’anosognosie. »


Modulateur d'émotions

Interrupteur de motricité

La grande activation ?

Réactions de joie du corps médical suite à l'annonce par le Gouvernement du non-paiement des heures supplémentaires et de l'augmentation de la durée annuelle du travail de nuit.


Manifestation contre la loi de Sécurité globale. Démobilisation générale de la protestation.